Jeudi 1er octobre et vendredi 2 octobre à 20h à l’Opéra de Rennes

Bouleversé par la mort de son mentor Robert Schumann puis par celle de sa propre mère, Johannes Brahms signe avec son Requiem allemand un chef-d’œuvre lumineux et universel. Gildas Pungier et les artistes du Chœur de chambre Mélisme(s) s’attellent à un monument de la musique chorale !

Alors qu’un requiem traditionnel rend hommage aux morts, celui de Brahms, composé sur des paroles allemandes et non latines, se préoccupe davantage des vivants. Si certains mouvements insufflent tristesse et recueillement, d’autres portent des accents d’espérance et de triomphe. Cette tension entre le sacré et l’humain est encore plus frappante avec la version pour 2 pianos choisie par Gildas Pungier, plus intime et émouvante que l’écriture orchestrale. « Plutôt qu’un Requiem allemand, j’aurais dû le titrer Requiem humain », dira Brahms. C’est dire si cette œuvre sacrée mais non religieuse porte un sens universel.

Gildas Pungier : Direction musicale
Camille Poul : Soprano solo
Timothée Varon : Baryton solo
Chœur de chambre Mélisme(s) – Ensemble en résidence à l’Opéra de Rennes
Colette Diard, Coralie Karpus : Piano
Avec la participation d’étudiants du Pont Supérieur de Bretagne